PanierMon compte
   
dimanche
08
DÉCEMBRE
2013
12:30

Adresse

Hôtel de Soubise
Archives nationales
60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris

Le petit livre d'Anna Magdalena Bach

Karine Serafin | Soprano
Elisabeth Joyé | Clavecin

Présentation

Le Petit Livre d’Anna Magdalena BachNotenbüchlein– est un cahier manuscrit commencé en 1725. J.-Sébastien l’offrit à sa seconde femme (épousée quatre ans plus tôt) et débuta lui-même le recueil en y copiant les grandes Partitas en la mineur et mi mineur (la troisième et la sixième, BWV 827 & 830). Les partitions se succèdent ensuite jusqu’en 1734, copiées par Bach, Anna-Magdalena, C.-P.-Emmanuel et d’autres mains non identifiées. Elles ne sont pas toutes de Bach. D’autres compositeurs contemporains, dont les fils de Bach ont écrit ces pièces.

Pour le clavier, outre les deux Partitas, la Suite française en ré mineur et un fragment de la Suite française en ut mineur, le manuscrit contient une majorité de morceaux courts destinés semble-t-il à un but pédagogique. On y trouve également résumés les principes d’exécution pour la basse continue. Le Notenbüchlein est un recueil de musique en famille et un outil d’apprentissage.

Mais, en plus des pièces pour clavier seul y figurent également des pièces chantées – une quinzaine de partitions de lieder, chorals et arias pour soprano et clavier. Anna-Magdalena était cantatrice et ces pièces lui sont clairement destinées. Elles nous permettent de tracer son portrait, d’évoquer sa silhouette, et par ce biais, combiné à l’imagination, de pénétrer un peu dans l’intimité familiale du grand compositeur.

On est frappé à ce titre par la présence du Sacré dans un contexte aussi quotidien et intime. Tous les textes chantés se réfèrent à un engagement chrétien et nous parlent de la foi luthérienne. La présence de Dieu et la Mort qui limite cette vie terrestre sont au cœur de la vie quotidienne. La vie des Bach est déterminée par la croyance en un ordre supérieur et mystique du monde. La candeur naïve avec laquelle cela s’exprime est un ton caractéristique et absolument touchant. Aucune grandiloquence apprêtée, pas de cérémonie théâtrale dans cette expression d’intimité confidentielle pour dire simplement des choses graves et une vitalité absolue – traduisant cette foi pure.

Dans ce programme, on entendra la sélection des pièces pour le clavecin alternant avec les parties vocales – dont nous entendrons la quasi totalité. Entre ces pièces s’intercaleront des lectures extraites de La petite chronique d’Anna-Magdalena Bach, d’Esther Meynell. Cet ouvrage paru anonymement au début du XXe siècle fait parler la seconde femme de Bach à la première personne et nous implique dans l’ambiance de la famille et la vie du grand compositeur.

Programme

  • Jean-Sébastian Bach (1685 - 1750)
    Prélude en Do Majeur, BWV 846 Choral « O Ewigkeit, du Donnerwort », BWV 513
  • Christian Petzold (1677 - 1733)
    Menuet en Fa Majeur, BWV Anh.113 Aria « Warum betrübst du dich », BWV 516
  • Karl Philipp Emanuel Bach (1714-1788)
    Solo per il cembalo Aria di Giovanni « Willst du mein Herz mir schenken », BWV 518

    Rondeau « Les Bergeries » BWV Anh. 183 – François Couperin
  • Jean-Sébastian Bach (1685 - 1750)
    Choral « Dir, Dir, Jehova, will ich singen », BWV 299 Menuet en Sol Majeur, BWV Anh. 116
  • Jean-Sébastian Bach (1685 - 1750)
    Choral « Gib dich zufrieden und sei stille », BWV 512
  • Karl Philipp Emanuel Bach (1714-1788)
    Polonaise, BWV Anh. 125 Aria « So oft ich meine TobacksPfeife », BWV 515a
  • Jean-Sébastian Bach (1685 - 1750)
    Fantasia de la Partita en la mineur, BWV 827 Choral « Schaff’s mit mir, Gott », BWV 514
    Musette, BWV Anh. 126
  • Gottfried Heinrich Stölzel (1690 - 1749)
    Aria « Bist du bei mir » , BWV 508
  • Jean-Sébastian Bach (1685 - 1750)
    Allemande en ré mineur, BWV 812
  • Jean-Sébastian Bach (1685 - 1750)
    Aria « Gedenke doch, mein Geist, zurücke », BWV 509 Toccata de la Partita en mi mineur, BWV 830 –
  • Jean-Sébastian Bach (1685 - 1750)
    Choral « Wie wohl ist mir, O Freund der Seelen », BWV 517 Choral pour clavier « Wer nur den lieben Gott lässt walten », BWV 691
  • Jean-Sébastian Bach (1685 - 1750)
    Récitatif « Ich habe genug » & Aria « Schlummert ein », BWV 82
  • Jean-Sébastian Bach (1685 - 1750)
    Aria en Sol Majeur des Variations Goldberg, BWV 988