PanierMon compte
   
samedi
19
MARS
2016
19:00

Adresse

Hôtel de Soubise
Archives nationales
60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris

Chefs-d’œuvre romantiques pour violoncelle et piano

Yan Levionnois | Violoncelle
Guillaume Vincent | Piano

Présentation

Originellement composée pour arpeggione et pour piano, la Sonate arpeggione en la mineur D. 821 est certainement le résultat d'une commande de l'ami de Schubert et guitariste affirmé Vincenz Schuster, passionné par cet instrument nouveau qu'était l'arpeggione. Caractérisé par ses six cordes frottées, joué à l'archet et accordé comme une guitare, on n'en compte aujourd'hui plus qu'une dizaine d'exemplaires à travers le monde. Œuvre de détente, de charme, de caractère improvisé, cette pièce est donc désormais principalement jouée par un violoncelle, un alto ou, plus rarement, une contrebasse.

Bien qu'écrite tardivement, la Sonate n°2 en ré majeur, op. 58 de Mendelssohn arbore un style plutôt pré-romantique, remarquable notamment dans l’Adagio, où Mendelssohn entremêle un récitatif joué au violoncelle avec un choral dans le style de Bach au piano. Ce mouvement montre la fascination du compositeur pour le maître de Leipzig.

Hantée par l’esprit de Beethoven, mais sous influence directe de Brahms ou Mendelssohn que Strauss appréciait, la Sonate en fa majeur, op. 6 est la première en date de son auteur. Ses qualités sont évidentes : maîtrise des structures, affermissement des lignes mélodiques, richesse polyphonique, générosité lyrique…

Programme

  • Franz Schubert (1797 – 1828)
    Sonate arpeggione en la mineur D. 821 | 1824
    Allegro moderato
    Adagio
    Allegretto
  • Felix Mendelssohn (1809 – 1847)
    Sonate n°2 en ré majeur, op. 58 | 1843
    Allegro assai vivace
    Allegretto scherzando
    Adagio
    Molto Allegro e vivace
  • Richard Strauss (1864 – 1949)
    Sonate en fa majeur, op. 6 | 1883
    Allegro con brio
    Andante ma non troppo
    Finale (Allegro vivo)