PanierMon compte
   
samedi
18
JUIN
2016
19:00

Adresse

Hôtel de Soubise
Archives nationales
60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris

Les évolutions du romantisme allemand

Raphaël Jouan | Violoncelle
Alexis Gournel | Piano

Présentation

Considéré par tous comme le dernier grand compositeur classique et le précurseur du romantisme, Beethoven a ouvert la voie à toute la nouvelle génération du XIXe siècle dont Schumann, qui étudia beaucoup ses œuvres. Brahms, grand admirateur de Schumann, est encore reconnu de nos jours comme le successeur légitime de Beethoven. Tous trois ont apporté au répertoire pour violoncelle et piano de nombreux chefs-d’œuvre.

Beethoven fut le premier compositeur à réellement réinventer le genre de la sonate pour violoncelle et piano en confiant aux deux instruments des rôles aussi importants. Ses Sonates op. 5 montrent une grande maitrise du style classique, mais nous pouvons également y retrouver les caractéristiques d’écriture si particulières du compositeur : avec ses ruptures dynamiques, l’œuvre est pleine de gravité, d’un sentiment parfois douloureux.

Composées en seulement deux jours en février 1849, les Fantasiestücke op. 73 de Schumann sont écrites comme un cycle de lieder et expriment parfaitement les changements d’atmosphères caractéristiques du romantisme schumannien.

Enfin, véritable chef-d’œuvre par sa forme parfaite, sa fraîcheur et sa magnifique inspiration mélodique, la Sonate n°1 en mi mineur, op. 38 de Brahms est, sur bien des points, un hommage du compositeur à ses maîtres spirituels Bach et Beethoven.

Programme

  • Ludwig van Beethoven (1770 – 1827)
    Sonate n°2 en sol mineur pour violoncelle et piano, op. 5 | 1796
    Adagio sostenuto ed espressivo
    Allegro molto, più tosto presto
    Rondo (Allegro)
  • Robert Schumann (1810 – 1856)
    Fantasiestücke, op. 73 | 1849
    Zart und mit ausdruck (Tendre et avec expression)
    Lebhaft, leicht (Vif, léger)
    Rasch und mit feuer (Vite et avec feu)
  • Entracte

  • Johannes Brahms (1833 – 1897)
    Sonate n°1 en mi mineur, op. 38 | 1862 – 1865
    Allegro non troppo
    Allegretto quasi minuetto
    Allegro