PanierMon compte
   
samedi
10
DÉCEMBRE
2016
19:00

Adresse

Hôtel de Soubise
Archives nationales
60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris

L’orchestre en quatre mains

Alexandre Lory | Piano
Clément Lefebvre | Piano

Présentation

Au cours des XIXe et XXe siècles, les transcriptions d’œuvres orchestrales pour piano à quatre mains étaient courantes et parfois réalisées par les compositeurs eux-mêmes. C’est le cas du ballet Petrouchka de Stravinsky qui relate le début d'une fête de mardi gras (fête populaire du carnaval orthodoxe) où règnent la joie et l'amusement. La diversité de l’orchestration et des rythmes illustre parfaitement la hâte et les mouvements de la fête : l’orchestre se transforme en véritable fanfare, jouant une suite de danses.

Má Vlast est un cycle de six poèmes symphoniques de Smetana. Fidèle à ses convictions patriotiques, le compositeur évoque l'histoire et les paysages de son pays, la Bohême. Vltava, la pièce la plus célèbre du cycle, est connue également sous son nom allemand La Moldau. Vltava est le nom de la rivière qui traverse Prague et une grande partie de la Bohême avant de rejoindre l'Elbe dont elle est un affluent. La pièce se constitue ainsi de tableaux évoquant les bois, les danses paysannes (rythme de polka) et les nuits magiques de la Bohême.

Le Prélude à l'après-midi d'un faune de Debussy a été transcrit pour quatre mains par Ravel. Il s’agit d’une œuvre symphonique dont Debussy écrit dans le programme imprimé : « La musique de ce Prélude est une illustration très libre du beau poème de Stéphane Mallarmé. Elle ne prétend nullement à une synthèse de celui-ci. Ce sont plutôt des décors successifs à travers lesquels se meuvent les désirs et les rêves d'un faune dans la chaleur de cet après-midi. Puis, las de poursuivre la fuite peureuse des nymphes et des naïades, il se laisse aller au soleil enivrant, rempli de songes enfin réalisés, de possession totale dans l'universelle nature. »

La Sinfonietta, op. 49 de Kapustin profondément inspirée par le jazz et le Lebensstürme de Schubert sont, elles, des œuvres originales pour piano à quatre mains. Cependant, Kapustin et Schubert exploitent le large ambitus de l'instrument, les différents registres du clavier, et offre ainsi à ces œuvres une écriture riche et dense, leur insufflant de cette manière une dimension orchestrale.

Programme

  • Franz Schubert (1797 – 1828)
    Lebensstürme (Allegro en la mineur), D. 947 | 1828
  • Igor Stravinsky (1882 – 1971)
    Petrouchka (extraits) | 1911
    Tableau 1, La foire du mardi gras
    Tableau 4, La foire du mardi gras (la nuit)
  • Nikolaï Kapustin (Né en 1937)
    Sinfonietta pour piano à quatre mains, op. 49 (extraits) | 1986
    3. Intermezzo – Allegretto
  • Entracte

  • Claude Debussy (1862 – 1918)
    Prélude à l’après midi d’un faune, Églogue pour orchestre d'après Stéphane Mallarmé (transcription de Maurice Ravel) | 1891 – 1894
  • Bedřich Smetana (1824 – 1884)
    Má Vlast (extrait, transcription) | 1874 – 1879
    La Moldau