PanierMon compte
   
jeudi
16
FÉVRIER
2017
12:30

Adresse

Petit Palais
Auditorium
Avenue Winston Churchill
75008 Paris

Mythologies

Joséphine Olech | Flûte
Selim Mazari | Piano

Présentation

« Mais voici que Pan, de sa flûte, se remet à jouer... » (L'Oréade, dans Psyché de Gabriel Mourey)

La flûte a toujours tenu un rôle tout particulier dans les différentes mythologies. Chez les grecs, c'est le dieu Pan qui en joue pour séduire la nymphe Syrinx. En Inde, elle est jouée par le dieu Krishna...  Magique, envoûtante, la flûte a ainsi inspiré de nombreux compositeurs pour conter avec mystère et sensualité les plus belles légendes. Joséphine Olech et Sélim Mazari ont choisi quelques-unes de ces pages.

La Sonate Undine en mi mineur, op. 167 de Carl Reinecke raconte la légende germanique d'une princesse des êtres de l'eau et de son amour impossible avec un humain.

Le Prélude à l'après-midi d'un faune de Claude Debussy, originalement pour orchestre, évoque cette créature des forêts, mi-humaine, mi-animale, parfois représentée jouant de la flûte.

Dans sa pièce Eolia, Philippe Hurel utilise la flûte de manière très surprenante pour décrire l'île d'Eole, le dieu du vent dans la mythologie grecque.

Enfin, le Chant de Linos, pièce phare du répertoire pour flûte et piano, est présenté ainsi par André Jolivet : « Le Chant de Linos était, dans l'antiquité grecque, une variété de thrène : une lamentation funèbre, une complainte entrecoupée de cris et de danses ».

Programme

  • Carl Reinecke (1824 – 1910)
    Sonate Undine en mi mineur, op. 167 | vers 1882
    Allegro
    Intermezzo (Allegretto vivace)
    Andante tranquillo
    Finale (Allegro molto agitato ed appassionato, quasi Presto)
  • Philippe Hurel (Né en 1955)
    Eolia pour flûte seule | 1981
  • Claude Debussy (1862 – 1918)
    Prélude à l'après-midi d'un faune (arrangement pour flûte et piano) | 1892 – 1894
  • André Jolivet (1905 – 1974)
    Chant de Linos pour flûte et piano | 1944